Comment Metishima agit pour un meilleur accès à l’éducation en Côte d’Ivoire

– Actualités – Côte d’Ivoire – Éducation : comment Metishima agit pour un meilleur accès à l’éducation en Côte d’Ivoire

De l’extérieur, ce n’est qu’un simple bâtiment bicolore – du rose et du bleu, il y en a pour tous les genres. Sur le parvis, sous les colonnes qui supportent une galerie à ciel ouvert, les enfants sont assis par petits groupes. C’est l’heure du déjeuner, les papilles s’éveillent et se régalent, les corps se désaltèrent. Sur les murs, une mosaïque de petites ouvertures en plâtre laisse passer la lumière dans la grande salle intérieure, tout en faisant obstacle aux fortes chaleurs. Le long des murs, les traditionnelles rangées de porte-manteau accueillent quelques vestes et des cartables multicolores. A part les cris enthousiastes des enfants, c’est le silence ce midi là, dans l’école maternelle de Nicla en Côte d’Ivoire.

L’école maternelle Nicla à Guiglo en Côte d’Ivoire

Metishima s’engage aux côtés de la communauté internationale pour soutenir le développement du département de Guiglo

Ça n’a l’air de rien, et pourtant, pour le département de Guiglo dans lequel Metishima investit en faveur de l’éducation des jeunes enfants. c’est déjà beaucoup.

Ces dernières décennies, la région du Cavally en Côte d’Ivoire a connu de nombreux bouleversements géopolitiques. Dès la fin des années quatre-vingt, le territoire doit faire face à un afflux massif de réfugiés qui fuient la guerre civile du Libéria voisin. Dix ans plus tard, en 2002, c’est au tour de la Côte d’Ivoire de connaître des soulèvements internes. Les régions frontalières de Côte d’Ivoire, qui abritent la plupart des forces rebelles, sont particulièrement touchées par les conflits. Trafic d’armes, attentats et exactions deviennent le quotidien des populations locales. Dans le département de Guiglo, le conflit dégénère en affrontements inter-ethniques et intracommunautaires.

C’est dans ce contexte tendu que l’Agence des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a mis en place plusieurs actions favorables au bien-être et à l’installation des réfugiés dans la Région du Cavally. Le camp de Nicla a notamment fait l’objet de plusieurs investissements pour doter les habitants de réseaux d’assainissement et d’infrastructures sanitaires et scolaires. Depuis 2010 et la stabilisation du régime politique ivoirien, l’UNHCR et CARITAS encouragent le retour volontaire des réfugiés ivoiriens dans la région du Cavally.

Au total, près de 42% des habitants du département sont d’origine étrangère. A l’origine capitale du peuple Wê, Guiglo est devenue un territoire d’accueil à part entière.

Notre combat : un accès à la scolarité qui soit digne pour tous les enfants de Guiglo

Aujourd’hui apaisée, la région a encore de nombreux défis à relever, notamment sur le plan de la scolarisation des jeunes filles.Un défi que Metishima a choisi de relever, aux côtés du FORIM et du Département du Val-de-Marne..

Concrètement, notre engagement se traduit sur place par la construction et la réhabilitation des groupes scolaires du camp de Nicla. A notre arrivée à Guiglo, nous avons découvert une école délabrée et surpeuplée, qui parvenait difficilement à assurer l’accueil de tous les enfants du secteur. En découle un désintérêt croissant des populations locales quant à la scolarisation de leurs enfants, la montée de l’analphabétisme, et des conditions de vie dégradées pour les plus jeunes, notamment les filles. En Côte d’Ivoire, si le taux de scolarisation augmente, c’est encore 30% des enfants du pays qui ne fréquentent pas le cycle primaire Avec des disparités notables entre les zones urbaines, plutôt bien dotées, et les espaces ruraux, qui regroupent 70% des enfants non scolarisés de Côte d’Ivoire. C’est dire le travail qui nous attend !

Notre chantier se déroule en plusieurs étapes. En premier lieu, nous avons investi pour la construction d’une toute nouvelle école de trois classes, dédiée aux plus petits. L’objectif est double : étendre la couverture scolaire à des enfants jusqu’ici éloignés de l’école, et desserrer la pression exercée sur le bâtiment existant. En trois ans, pierre après pierre, nous avons vu l’infrastructure s’édifier, jusqu’à devenir ce qu’elle est aujourd’hui : une école neuve, qui accueille depuis la rentrée de septembre soixante-dix enfants dans de bonnes conditions d’apprentissage. Quel plaisir de voir nos petits élèves en uniforme investir les lieux, et prendre goût à la scolarité qui leur est offerte !

Ce travail au long cours a également permis de tisser des liens de confiance avec la communauté locale. Maintenir une bonne relation avec les familles fait partie intégrante de nos objectifs. Cela permet, en parallèle à l’accompagnement des enfants, de sensibiliser la population à l’importance de la scolarité, mais aussi à d’autres sujets de fond comme le travail des femmes ou encore l’accès à l’hygiène et la parentalité.

Aidez-nous à accompagner les enfants de Côte d’Ivoire et leurs familles

Notre mission auprès de la communauté locale de Nicla en Côte d’Ivoire est bien engagée. Mais le travail est encore loin d’être terminé ! Les enfants de l’école primaire de Nicla continuent d’étudier dans des conditions délétères. Dans les prochains mois, nous mettrons donc la priorité à la réhabilitation du groupe scolaire existant. Il faudra notamment y installer l’électricité et un point d’apport en eau potable. Nous prévoyons également de construire des toilettes dans les écoles maternelles et primaires, en parallèle à un programme de sensibilisation à l’hygiène auprès des enfants et de leurs familles. Pour assurer la sécurité des tout-petits, nous allons aussi clôturer l’école maternelle pour en sécuriser les accès.

Aujourd’hui, les habitants de la région de Guiglo ont toutes les raisons de croire en un avenir meilleur. Dès à présent, nous construisons celui de leurs enfants, main dans la main avec la communauté locale. Avant la période de colonisation, la ville de Guiglo s’écrivait Guinglô, ce qui signifie village de raison ou de paix. Il est temps de redonner tout son sens à ces deux syllabes.

Aidez les enfants du camp de Nicla, donnez à Metishima et soyez sûrs que nous leur garantissons les meilleures conditions de scolarité possibles.

Agissons ensemble pour l’accès à l’éducation dans de bonnes conditions pour tous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *